Comment créer un jeu d'évasion pédagogique ?

Il n'est guère évident de se lancer dans un jeu d'évasion lorsque l'on a finalement peu d'informations sur la façon de procéder, il faut dire que la pratique est tellement récente que l'on peut vite se retrouver démuni(e) malgré toute la bonne volonté du monde que l'on souhaite déployer pour créer des activités motivantes pour ses élèves.

J'ai souhaité faire cet article suite à ma propre expérience sur le terrain et aussi à ce que des collègues m'ont dit afin de vulgariser la méthode si tant il en est qu'il en existe une réellement. Vous verrez que tout ceci se fait au feeling. 

1) Qu'est-ce qu'un escape game ?

 

Tout d'abord, question : c'est quoi un escape game ?

Un escape game veut que les élèves aient une mission à accomplir en une heure voire deux à travers différentes énigmes qui les mèneront à la résolution finale, ceci en mettant l'accent sur les compétences et les savoirs car entendons nous, un escape game, ce n'est pas un jeu à proprement parler, mais un jeu sérieux.

Il faut une plus value pédagogique qu'il s'agisse d'un escape game de découverte (en début de séquence), de milieu de séquence (pour contrôler les acquis d'une séance par exemple) ou d'un escape game de contrôle (en fin de séquence qui peut donner lieu à une remédiation). De façon très synthétique, il y a la mission, la résolution des énigmes et bien sûr la récompense et la libération à la fin.

2) La nécessaire préparation :

Préparer son escape game implique préparer son "organigramme" pour bien visualiser les étapes...là, encore chacun sa méthode...certains préféreront des schémas sur google draw, des cartes mentales, des dessins ou encore un bon vieux plan...

Pas de panique si vous ne maitrisez pas tous ces outils, l'idée est surtout de trouver une méthode qui vous convienne et vous permette de visualiser le début, les étapes intermédiaires et la fin.

 

Voici un exemple d'organigramme sous google Draw de Carine Alves (Escape the Island of tears) :   

3) Parcours multilinéaire, linéaire ou ouvert ? : les plus et les moins

Il existe trois types de parcours, il faut le savoir et ils ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Le parcours multilinéaire implique que vous soyez dans la même pièce et que différents groupes résolvent différentes énigmes et que l'ensemble des solutions trouvées puisse aboutir à la libération finale.

La coopération est nécessaire et la progression est naturelle, mais on peut regretter parfois que tout le monde ne puisse pas tester toutes les énigmes, d'où un sentiment de frustration si les participants sont curieux.

Le parcours linéaire est constitué d'énigmes qui se suivent les unes derrière les autres. Les groupes font toutes les énigmes. Ce type de fonctionnement fera progresser les participants selon le même chemin, mais il convient d'anticiper les difficultés car si une énigme est plus difficile et que le groupe bloque, c'est le reste de votre jeu d'évasion qui peut être mis en danger (prévoir toujours des aides).

Le parcours ouvert, elles, sont l'équivalent d'une énigme linéaire par groupe mais les énigmes sont différentes (pour trois groupes par exemple, il y aura trois chemins d'énigmes toutes différentes les unes des autres qui se rejoindront au final pour la résolution d'une énigme finale de façon collaborative).

4) Les contraintes :

 

Lorsque vous préparez votre jeu d'évasion, vous devez vous poser un certain nombre de questions. Aurai-je besoin d'une autre personne pour m'assister ? Quel est le potentiel de la pièce dans laquelle mon jeu d'évasion va se dérouler ? Ai-je à disposition tout le matériel numérique dont j'ai besoin ? Ai-je du débit ?

Toutes ces questions sont appelées des contraintes et elles sont de trois ordres : humaines (aide éventuelle), physique (la pièce, place d'une fenêtre etc.) et matérielles (tablettes etc.).

Il convient de bien les prendre en compte et d'envisager les potentialités de certains aspects car dans le cas contraire, votre jeu d'évasion peut vite être mis en péril.

5) Annoncer la mission :

Il vous faut ensuite choisir la façon dont vous allez annoncer votre mission. Vous avez le choix : un enregistrement avec un smartphone ou une tablette, des enveloppes, un message qui s'auto-détruit, une vidéo, un poster avec un QR-code. Ceci est selon votre appétence, mais il faut annoncer tout ceci dès le départ afin que les participants sachent dans quel sens chercher car rien n'est plus décourageant que de ne pas connaître le but de sa quête. 

Un exemple avec Imovie

Un exemple avec postermywall.com

6) Escape game numérique, semi-numérique ou analogique ? That's the question.

Là, encore, tout dépend de vous. Les jeux d'évasion numériques impliquent que vous disposiez de tout le matériel nécessaire (tablettes, PC, réservation de la salle informatique etc.). La fouille ne sera pas physique comme pour les jeux d'évasion semi-numériques ou sans outils numériques, mais à travers un diaporama par exemple (on peut aussi envisager le passage d'un site à l'autre aussi et une mission annoncée sur Twitter ou un compte Facebook). Les jeux d'évasion semi-numériques, eux, impliqueront que l'on cache des objets, que l'on manipule les tablettes ou que l'on se connecte sur des PC. On se déplace, on cherche. Et sans numérique, car tous les collègues ne disposent pas forcément d'une flotte de tablettes ou autre, la quête sera à travers des objets que vous aurez créés ou achetés et cachés dans votre pièce.

7) Les énigmes :

Selon votre jeu d'évasion, il conviendra de vous documenter. Vous avez dans la rubrique ressources, de nombreux conseils et liens afin de vous permettre de conçevoir votre escape game.

Seule votre imagination sera mise à contribution dans cette partie. Ne négligez pas les ouvrages que vous pouvez trouver sur des sites marchands ou même dans des magasins où vous pouvez trouver des casse-têtes.

Faire un escape game commercial peut aussi vous donner des idées.

8) Votre rôle :

Vous menez le jeu, donc vous êtes le "maître du jeu". Vous devez veiller au bon déroulement de votre escape game. Avant de vous lancer, il est conseillé de tester votre jeu d'évasion afin de voir ce qui fonctionne et ne fonctionne pas. Pour le minutage, pensez aux comptes à rebours (il y en a de nombreux sur youtube que vous pouvez afficher sur une tablette ou vidéoprojeter) qui permettent aux participants de bien visualiser le temps imparti. Certains sites vous proposent aussi des solutions toutes faites mais parfois payantes (cf. document ressources dans la partie ressource de ce site). 

9) Le debriefing :

Si vous faites un escape game de découverte (en début de séquence pour donner des connaissances aux participants) ou de contrôle (en fin de séquence pour contrôler l'acquisition de savoirs), il faudra penser à faire une remédiation. Ménagez du temps pour cette partie (l'heure suivante) car c'est important aussi. Et pour le reste, il ne vous reste plus qu'à vous lancer. Bon courage à vous.

  • Une superbe infographie réalisée par Julia Dumont qui analyse ce qu'est un jeu d'évasion :

  • Une superbe infographie réalisée par Amélie Kowalski reprend les étapes incontournables d'un jeu d'évasion :

  • Un excellent dossier sur la lettre d'info en langues vivantes du site Hatier ici

  • Pour les professeurs d'espagnol : un diaporama de formation sur la façon de créer un escape game de Jaione Pozuelo et Javier Barba

Article écrit par Christelle Quesne

le 13 janvier 2018

Mis à jour le 23 février 2019